vendredi 2 avril 2010

D' Alphonse et Amédée à François et Alain, explorateurs de Prinçay.



Les premières recherches concernant les souterrains de Prinçay débutent en 1855, au-delà des légendes et des croyances, une approche descriptive et scientifique commence.

Le premier explorateur de Prinçay est Alphonse Le Touzé de Longuemar (1803-1881), ancien capitaine, il quitte l’armée en 1832 sillonne le Poitou et raconte ses découvertes (archéologie, légendes, géologie, histoire). Pierre Amédée Brouillet sculpteur (dont le fils André peintre immortalisera l'hystérie décrite par Charcot), l’accompagne ( 1826-1901), nous leur devons les premiers croquis des souterrains qui paraitront au Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest .

A l’époque nous sommes loin des aménagements faits par Monsieur Dumoulin, actuel propriétaire des souterrains. L’entrée est encombrée de décombres et de ronces, on tatonne éclairé à la bougie.
Après avoir un peu tourné en rond dans les galeries supérieures, ils s’enfoncent à 4 m sous terre pour aboutir à une salle assez vaste « dont le pourtour est garni de banquettes » et de niches : La salle de la veillée. Amédée et Alphonse découvrent alors un couloir miystérieux menant à la salles des Fadets, dont ils nous apportent la première description .
Allez, on les écoute nos valeureux explorateurs :

« Respirons ! Nous voilà tout à coup en plein moyen-âge ! ».

Le souterrain est décrit en détail, il est bien noté qu’il ne s’agit pas d’une cave ou d’un cellier. Les couloirs sont répertoriés, ainsi que les banquettes, niches et conduits d’aération, autant d’éléments d’une cavité artificielle à l’architecture spécifique…..

L'abbé Lalanne (1859), Enlart (1904), Blanchet (1923), Pouliot (1938), l'abbé Longer (1941), Turquois (1966), Broëns (1976), la Société des Antiquaires de l'Ouest, la Société des Sciences de Chatellerault, la Société préhistorique de France, la Société française d'étude des souterrains, il ne manque pas de bonnes fées pour se pencher sur la salle des Fadets et tenter d'en percer les secrets !



Les souterrains vivent, les habitants de Prinçay, y laissent leur marque....

La seconde guerre mondiale ravive leur fonction refuge, on y cachera les vélos réquisitionnés par l'armée allemande qui occupe Chatellerault et Availles avec. Bref, Prinçay fait de la résistance !

Au dernier tiers du 20ème siècle, les fouilles se poursuivent,  François et Alain,  aventuriers de Prinçay, nos explorateurs contemporains, passionnés des lieux et de leur histoire, vont dégager d'autres galeries, consolider, retrouver ossements, des poteries, des outils, des boiseries.

Les aménagements intérieurs  progressent, la lumière s'installe, les lieux se sécurisent, les visites sont désormais possibles au public à l'occasion de la fête annuelle de Prinçay , offrant aux amoureux de la région, l'agrément de découvrir ces magnifiques souterrains refuge.
Comme vous le voyez sur ce plan, de nouvelles galeries ont été découvertes, les salles sont sur deux niveaux, ce qui amène le visiteur à environ 10 mètres de profondeur....
-----------
Dans les années 90, les archéologues de Poitiers pointent leur nez, répertorient à leur tour, grognent  et interrompent la poursuite des fouilles faites par les autochtones ;-) qui, s'ils ont bien avancé le travail, n'ont pas toujours oeuvré avec un p'tit pinceau, dans les règles de l'art.
Des datations sont faites, des objets, des fragments de poteries racontent l'histoire de ces lieux,
 mais, le mieux étant l'ennemi du bien de notre formidable époque moderne, et bien comment dire...
ça avance un "peu" moins vite ;-)
---------------

A suivre....
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

Ce p'tit topo est rédigé à la sauce Lulu à partir d'un article de Pierre Piboule, Les souterrains du Poitou, du mythe à l'archéologie, paru dans le Picton en déc 1982.
Je complèterai les références bibliographiques progressivement.