vendredi 14 octobre 2011

La colère du fou - Senillé - 26 Mars 1796 - COUDREAU - HYVERT



Se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment,
 le 26 Germinal de l'an IV ( 26 mars 1796 ), à Senillé...

 Antoine COUDREAU va mal, très mal, ça fait cinq à six jours déjà que tout le monde le voit errer, délirer, il a 50 ans, il est blatier
Ce samedi là, près de la Fontaine aux Roches, sur la route de Châtellerault, il croise Anne HYVERT, sa voisine depuis 20 ans, la femme de JOUBERT, le métayer du Grand Poirier.
 Le sent-elle menaçant ? Lui fait-il pitié ? 
"Mangez mon pain COUDREAU." seront ses dernières paroles,
 entendues par les trois témoins qui se trouvent alentours ( Jeanne JOUBERT, Marie PRIEUR et Madeleine MEUNIER). 
A peine les a-t-elle prononcées, que COUDREAU se jette sur elle, la renverse à terre et s'acharne sur son visage, sur son corps, armé d'un caillou,  violence inouïe de l'agression, force de l'agresseur. Malgré l'intervention des témoins, Anne est grièvement blessée. Transportée chez elle, elle y décède rapidement. 

COUDREAU s'est enfui.
 On le retrouve chez lui, chantant, délirant, agité, impossible à interroger. 

Au premier interrogatoire, en prison, on en sait un peu plus. Antoine COUDREAU dit avoir entendu un ordre venu d'en haut. Il a frappé en disant 
" c'est la colère de Maman qui vous frappa".
Il confirme qu'Anne est sa voisine depuis 20 ans puis se mure dans le silence. 
Au second interrogatoire, il semble y voir plus clair, parait plus calme, parle de sa santé. Depuis un an il souffre de "pesanteurs de stomach" qui lui font courir la campagne. Il semble avoir conscience de ses troubles mentaux. 

En prison, il va sans doute mettre une belle pagaille, car ses actes de folie sont mentionnés avec insistance. 

Fou à lier.... 
A tel point qu'il ne sera pas jugé.
-------
Source : ADV Cote L SUPPL 405
------

Cette histoire interpelle à plusieurs titres :

- L'enquête avance... On me tranmet une hypothèse pour expliquer ce terrible fait divers.... Je vous laisse deviner. Lisez bien l'histoire. 

-  Quelle est cette "colère de Maman" ? Et qui est Maman ? Ne cache-t-elle pas un secret entre les deux familles, un de ces si nombreux différents de voisinage qui furent à l'époque et sont encore aujourd'hui trop souvent à l'origine de gestes criminels ?

- La folie meurtrière est ici reconnue pour la première fois dans les dossiers que j'ai dépouillés. Notée, précisée. Elle change le regard de la justice et amène à suspendre le procès. Nous sommes à l'époque de la Révolution psychiatrique. Pinel va libérer les fous de leurs chaines, de leur abandon et reconnaitre leur pathologie. Ce procès est peut-être l'illustration de cette nouvelle approche...

mercredi 12 octobre 2011

Nom d'un sobriquet.


Marguerite nait le 2 Avril 1812. Elle grandit à Prinçay, qui est encore une commune. Devenue adulte, la voilà qui tombe amoureuse et se marie sur Availles.
En demandant son acte de naissance, elle constate que le nom de jeune fille indiqué pour sa mère est PILOTIN. Il s'agit d'un sobriquet, d'un p'tit nom donné à la famille. Un PILOTIN est un apprenti pilote de navires, un moussaillon.
Marguerite est une fille MONTOIS, et elle entend qu'on le reconnaisse. Elle va au tribunal pour faire valoir ses droits et rétablir le patronyme de sa mère.
Les généalogistes la remercient bien !

mardi 11 octobre 2011

A la Barbe...


Du beau monde, le 18 Septembre 1787, 
la bénédiction de la petite cloche de Prinçay se fait par le curé de Fressineau en l'absence du curé de Prinçay. 


C'est Messire Descars Marquis de Perusse,  Seigneur de Châtellerault Monthoiron qui la nomme Barbe, en présence de  Louise de Verneuil, épouse du Marquis de la Roche Dumaine, seigneur du Fou et de Chitré et autres places...

lundi 10 octobre 2011

Centre Chatelleraudais d'Histoire et d'Archives - AG et Conférence !


Assemblée Générale du CCHA
(Centre Chatelleraudais d'Histoire et d'Archives)
 Le 15 Octobre à 14H30, 
Salle Camille Pagé à Chatellerault sous la présidence de Claudine Pauly.
A vos agendas !
Un nouveau thème de recherche sera choisi. Le CCHA compte 170 adhérents, organise des conférences, un atelier de paléographie, édite une revue semestrielle d'une exceptionnelle qualité, participe aux manifestations locales, coopère avec d'autres associations locales.



A la suite de l'Assemblée Générale,
ne manquez pas
la conférence :
Les réfugiés espagnols dans le Chatelleraudais et dans la Vienne entre 1936 et 1940.


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

Posted by Picasa