vendredi 16 décembre 2011

La Terreur gagne les villages - CSR Poitiers - 11 Octobre 1793



Séance du 11 Octobre. 
On envisage d'arrêter le maire de Jaunay-Clan sans le nommer pour complicité avec le juge de Paix Guyot. Ont entravé le travail des citoyens pour la république et aurait abrité le curé Gervais


Séance du 13 Octobre. 
Jean Rouillon, maire de Gizay, demande d'arrestation et de conduite à la maison de la Visitation. 
Le comité a écrit à la municipalité de St Benoit, et de Quinçay pour la requérir de faire arrêter tous les déserteurs qui seront trouvés sur son territoire. 

Séance du 15 Octobre. 
Bonneau et Martineau d'Availles Limouzine se sont évadés. Ils étaient détenus pour avoir résisté au recrutement. 
La municipalité de Migné a fait arrêter deux fuyards.


Séance du 16 Octobre. 
Membres présents : Thibaudeau, Planier, Hindré, Barbot, Giraud, Bobin, Maltête. 

-Ordonne à la municipalité de Saint Savin de s'enquérir  du ministre du culte qui leur a été dénoncé comme CR et de le faire arrêter. 

------------
Et ce n'est qu'un début....

Odor'Hante.... ( Echo à Mémoire Vive)


Cent heures d'enfance
Nez nu phare, 
Des mains de mère dans mes cheveux, mes joues mon dos, des matins pressés d'écoliers,
 pupitre de bois, encrier ouvert, pleins et  déliés


Nez faste,  taches sur les accords oubliés du participe passé,
Nez Gosse, découpages sages  de jeudis pluvieux
Aux Nez... bouchés.
.

Art homme,  marc de café,
traçant  mille et une nuits, odeurs et gouts mêlés. L'art d'être grand-père.


Nez bulleux vertiges  de printemps... L'art d'être grand-mère.


Nez Jeu, perdue dans un grenier,  lire les yeux fermés le temps passé


Nez faste, adolescence et liberté capitale.

Nez Sens, donner la vie, et s'y blottir ensemble.


Et Sens Elle !
"ça sent maman".
Disent mes Mustela




Beau sujet, que celui-ci et si bien évoqué dans Mémoire Vive !
Si beau sujet qu'il s'invite sur les deux blogs.
A vos fragrances d'enfance !

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

mardi 13 décembre 2011

Ah les filles, ça ira, ça ira....CSR 4/10 Octobre 1793



De Mirebeau à Sillars, en passant par Pouzioux, elles rendront marteau la justice révolutionnaire ! 
-----------
4 0ctobre 1793
LAMARQUE, administrateur du district de Poitiers a été introduit dans la salle du Comité de Surveillance Révolutionnaire le 4 Octobre 1793. Il raconte que se présentant à MIREBEAU pour réquisitionner les citoyens tenus de partir en masse, il fut assailli par une troupe de femmes, qui menaçaient ses jours et qu'il ne dut son salut qu'à la fermeté et au courage du citoyen Le COUVREUR gendarme qui parvint à le délivrer de leurs mains. Il a ajouté que d'après le rapport qui lui a été fait, la femme du Juge de Paix du canteau de Mirebeau se trouvait à la tête de cet attroupement, armée de deux pistolets, il assure aussi s'être présenté à la municipalité pour faire part de ce qui venait de lui être fait et que les officiers municipaux lui avaient répondu qu'ils n'y pouvaient mettre empêchement....

Où l'on salue la grande sagesse des officiers municipaux de Mirebeau ! *

----------


6 Octobre 1793 :

 Lecture d'une lettre du comité de surveillance au comité de surveillance qui craint que les paroisses de Sillars et Pouzious ne se mettent en révolte ouverte. Les malheureux habitants étaient séduits et égarés par deux femmes dont les parents et maris sont émigrés. On envoie huit hommes avec à  Le Carlier leur tête qui  conduit le détachement et a tout pouvoir. Les  deux femmes au village de Sillars Chaud la Randrie et Mangin, sont arrêtées et emprisonnées à Poitiers. 

Huit hommes pour deux femmes... La révolution est en marche !
-----------
9 Octobre 1793 au matin :

De nombreuses pétitions signalent au comité un grand nombre de nobles ou de familles émigrées où il y a des enfants en bas âge. 
On demande que ces enfants soient exceptés de la réclusion prononcée par la loi du 17 Septembre parce que attendu leur bas âge, ils ne peuvent avoir donné des preuves de leur attachement à la constitution, mérité ni démérité de la patrie et que d'ailleurs tous ces enfants ne pourraient habiter les maisons de détention sans danger pour leur santé et sans une grande incommodité pour l'ordre à tenir dans ces maisons. 
Avis sera donné. 

Le Comité Révolutionnaire dit halte à la garderie ! ...
--------------

 10 Octobre 1793
Appel est fait à créer des ateliers pour y coudre des uniformes pour les soldats réquisitionnés. Appel à tous les citoyens à l'enthousiasme républicain...C'est le citoyen Malteste qui se charge de cette intendance. 

Douce France, Papa pique et Maman coud, version carmagnole.
----------

Salut et Fraternité ! 
*Les délires de Lulu sont en italique, le reste  est d'époque ;-)
Source : ADV L 464. 

Vivre et Mourir à Leugny (86) - 1690.



C'est le décès d'Anthoinette Porche, 


la femme du boulanger Jacques ALARD qui endeuille le village en ce début Janvier 1690, mourir à  24 ans d'une fausse-couche.  Le curé Godin note de temps en temps les causes de la mort de ses paroissiens, plus souvent lorsqu'il s'agit d'adultes. En Janvier toujours,


 la jeune MORICHEAU meurt à 14 ans d'un fièvre continue. Dès la fin de l'hiver les naissances sont nombreuses, 5 par mois de Mars à Mai, et peu de décès de tout petits.


Juillet n'épargne pas des affections pulmonaires, peut-être tuberculeuses. Louis NAU 36 ans est emporté en 6 jours et Jean Poirier du poumon également quelques jours plus tard. 


En Aout,  Le petit Michel Hugreau 7ans, se noie dans l'étang de la forêt.


Il y aura eu cette année-là 35 naissances et 25 décès, dont seulement 6 nourrissons de moins de un an.
La vie aura été plutôt douce à Leugny ! 
-------------

Tous ces actes seront de la prochaine mise à jour des Archives Insolites de la Vienne. 

lundi 12 décembre 2011

CSR Poitiers - 21/09/1793. Savatier et Montaubin Chatellerault.



21 Septembre 
Il est observé que pour la tranquilité publique et le bien général que toutes les ci-devant religieuses ainsi que leurs pères, mères, frères et soeurs et enfants des émigrés se retirassent dans leurs municipalités respectives. 


Note de Lulu : l'intendance sature...
-------------------
22 septembre 

Affaire SAVATIER et  MONTAUBIN : D'après le rapport fait au comité d'une lettre écrite par les deux administrations de Châtellerault et adressée aux comissaires de canton de ce district à l'armée de Thouars, d'après laquelle il parait que leur projet était de ne plus faire passer de vivres  à l'armée et dans laquelle ils insistaient d'une manière indécente sur le départ de leurs frères qui étaient à Thouars. 
Le comité étonné d'une pareille conduite et voulant réprimer de pareils abus, a arrêté que sur le champ il sera écrit aux corps constitués de Châtellerault, et que les citoyens MONTAUBIN procureur syndic et SAVATIER officier municipal de la dite ville seront mandés de suite pour rendre compte de leur conduite. 

------
24 Septembre. 




Interrogatoire de Montaubin qui se dit plus malheureux que coupable, qu'il avait signé la lettre sans l'avoir lue, qu'il a été violenté par une troupe de

CINQ CENTS femmes, 
il lui avait été impossible de résister à la force, qu'il priait le comité de juger de sa position, et qu'il promettait à l'avenir, plutôt mourir à son poste que de se laisser aller une autre fois au sentiment de la crainte.
 
Le citoyen Montaubin retiré, le comité a pensé qu'il était nécessaire de prendre un arrêté qui put en imposer aux citoyens qui dévolus d'une autorité qu'ils ne savent pas faire respecter, mettent à chaque instant la chose publique en danger. 
Montaubin n'aura plus le droit de signer etc etc...

Note de Lulu :Pour l'instant c'est la Terreur Light, mais on sent bien que Montaubin n'en menait pas large, ni avec les Gaillardes Châlleraudaises ni avec le club du CSR....
-------------
Source L 464. 

dimanche 11 décembre 2011

Lulu a lu la Revue Française de Généalogie Décembre.


Petit déjeuner revue de presse.
Je ne me suis toujours pas abonnée, je l'achète  au village, pour que les journaux restent au village, comme les boulangeries, les postes.  Bonneuil, Vouneuil, Availles ou Cenon, sur ma route. A Bonneuil, je prends un p'tit Nougat de Moulière pour tremper dans mon café, à Vouneuil je salue Camille (Guérin) et  Charles (Martel), à Availles j'ai la meilleure baguette du Poitou, à Cenon les plus gros éclairs au café du Centre Ouest....

A la Une les logiciels de généalogie. Je reste fidèle au mien qui n'est pas cité, tanpis, Ancestrologie, pas cher, je le connais par coeur, je lui fais faire ce que je veux.

Les entreprises Centenaires, une tendresse particulière pour les p'tits LU bien sur, Lulu oblige. A Availles l'huilerie Lepine qui nous distille chaque année l'or des noyers du village, a fêté l'an passé son bicentaire !

La mémoire des sons, orale, précieuse, si difficile à capter, trucs et astuces, mais aussi les archives à écouter sur internet. A lire pour mieux écouter.


Tiens un article sur les prénoms singuliers et leurs dégâts... Avec mon prénom, et une entreprise (probablement centenaire) de lait concentré non sucré, j'en ai bavé dans les cours de récré, de ne pas m'appeler Catherine ou Marie-Christine... Mais j'ai aussi eu quelques heures de gloire, et les hommages talentueux accompagnant mon adolescence, m'ont réconciliée avec...
  Gloria,
presque un patronyme,
 je n'en ai jamais croisé d'autre à l'école de ma République.

Fichés !
Aurais-je le temps d'aller voir cette expo ? Ce serait vraiment dommage de passer à coté !

J'hallulucine !! Sophie Boudarel est citée dans l'Edito ! J'y suis pour rien mais je suis fière !  Il faut dire que le mois dernier, les généalogistes avaient été habillés pour l'hiver dans la presse avec une belle unanimité panurgesque, laissant supposer qu'aucun des auteurs n'avait lu l'étude qu'ils s'empressaient de commenter. Dans un article très pertinent La Gazette des Ancêtres leur avait remonté les bretelles. La RFG revient sur le sujet.


Clément le carabin, jeune, beau, intelligent apporte la preuve par neuf que les fouilleurs d'archives ne sont pas tous tremblotants et ventripotents.


A chaque revue son trésor, trouvez le votre. Ce mois-ci, le mien est dans les dernières pages, retour sur la Retirada, le bel article du mois dernier. Aline Angoustures, chef de la Mission Histoire et Exploitation des Archives de l'OFPRA, nous signale que 130000 dossiers de réfugiés espagnols sont à  l'Office Français de protection des réfugiés et Apatrides (OFPRA). Elle laisse même le numéro de téléphone et son adresse mail.

Bonne pioche ! Merci la RFG !