Pages

samedi 19 mai 2012

Du Tic au Tac... Echo à Généablogique



 Plaisir du blog et autres outils interactifs : l'écho.
 L'écho qui vient de la lecture d'un article et renvoie à une trouvaille, à une question, à un trésor, à un autre témoignage. A chaque fois c'est un régal. Mémoire gourmande réveillée, ces fils qui se croisent aiguisent la curiosité, donnent envie d'aller plus loin. Autant de détours pour de nouvelles découvertes, quand serendipité et procrastination avancent bras-dessus bras-dessous.

Du Tic au Tac donc, ou...
D'un Gilles de la Tourette .... A l'autre.


Gilles de la Tourette, le grand, se prénomme Georges Albert Edouard Brutus après modification de son état civil en 1887, il faut avouer à décharge de l'officier en charge que l'intitulé des noms et prénoms n'est pas banal.


Cette semaine,  Généablogique  met à l'honneur cet homme né à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers, élève de Charcot,  père de la neurologie. En  1885, récompensant ses brillants travaux,  le maître donne le nom de son carabin au syndrome exploré qui fut évoqué soixante ans plus tôt par le non moins prestigieux Dr Itard.
 Cette maladie neurologique rare dont souffrit le premier des Ministres de la Culture de notre Cinquième République, appelée dans un premier temps la "maladie des tics convulsifs" ( moteurs, sonores et/ou verbaux) devient le syndrome de Gilles de la Tourette.


C'est en fouillant l'histoire de l'obstétrique poitevine que j'avais rencontré, pour ma part, il y a déjà quelque mois... en 1793, celui qui fut probablement l'arrière grand-père de notre fameux neurologue. Un  certain Gilles La Tourette qui semble avoir perdu sa particule dans l'agitation révolutionnaire.



"Citoyen
Le directoire du district nous a envoyé quatre certificats de 
vie et moeurs et autant d'extraits de baptème pour quatre élues
sages-femmes qui se présentent cette année à mon cours sur
l'art des accouchements. Trois de ces élèves sont des jeunes filles
de notre ville mais dont l'intention est d'aller s'établir dans
les différentes campagnes où  il n'y a point de sujets propres à 
instruire. Je pense citoyen que vous voudreez bien agréer ces
élèves et consentir à leur dessein qui ne me parait que louable
J'ai l'honneur de vous ... observer que celle qui est de Messemé ?
a plus de 40 ans mais ayant beaucoup d'intellect et le peuple 
ayant déjà en elle une sorte de confiance, voilà les raisons qui m'ont
engagé à l'admettre à mon cours ; cependant je ne l'admettrai 
qu'autant que vous le voudrez. 
Vous donnerez lorsque vous le jugerez necessaire, des ordres 
au receveur de notre district pour qu'il me délivre la somme
convenable pour subvenir aux frais de nourriture des élèves. 
Le cours d'accouchement de Loudun, devant jouir des mêmes
privilèges que celui de poitiers, je vous serai obligé de
me faire passer quatre exemplaires du petit traité d'accouchement
de Moulin que le département donne tous les ans au citoyen 
Mauri pour distribuer à ses élèves , lors qu'il 
en a. 

Citoyen, 
Salut, prospérité et parfaite santé
Gilles Latourette Chirurgien de l'académie de Lyon. "

Chirurgien de l'académie de Lyon, exerçant à Loudun, il enseigne les élèves sages-femmes de sa ville et des villages aux environs.  Cet aprentissage promu par Maury sur Poitiers s'étend doucement aux villes environnantes sous la direction des chirurgiens locaux. Former les  sage-femmes ? La mission est vaste, ambitieuse, pour révolutionner l'accouchement, il faut délocaliser l'apprentissage au plus près des villages où la mortalité ravage encore plus qu'à la ville.
 Une révolution qui débuta bien avant les sans-culotte, à l'initiative de Madame du Coudray, sage-femme et brillante émissaire du Roi, qui parcourut la France avec sa machine, pour enseigner le corps des femmes.
Gilles la Tourette l'obstétricien, soumet au directoire du district la candidature des ses élèves, en argumente le bien-fondé, réclame une aide financière, ainsi que les manuels de l'époque à disposition. On apprend ainsi que les élèves sage-femmes doivent avoir moins de quarante ans et que Moulin a rédigé le traité d'obstétrique en usage.

Ce Gilles La Tourette là, se prénomme Joseph Charles, il est déjà maitre chirurgien lorsqu'il se marie en 1778, fils de Joseph Gilles de la Tourette. A son mariage il est mineur, sa date de naissance n'est pas indiquée.
Dans une passionnante biographie, Gilles de la Tourette le neurologue, malade, soutient à un de ses étudiants que son grand-père fut l'un des trois plus grands médecins de son temps.
Qui était ce grand-père ? L'enquête généalogique continue !
A suivre !

Merci Fred  pour cette évocation, la vie de Gilles de la Tourette est un roman, au carrefour de la recherche, du crime, de la passion, du mystère, de la folie, une histoire à la Maupassant comme je les aime....
Dans les couloirs de la Salpétrière, cet après-midi, j'ai croisé  Charcot, Déjerine, Babinski, Bourneville, ça m'a donné envie de rouvrir mon vieux Rouvière !

1 commentaire:

  1. Passionnant !

    Effectivement, le hasard fait bien les choses, puisque Georges Gilles de la Tourette s'est intéressé de près à la vie de Théophraste Renaudot qui était aussi de Loudun :)

    Merci Gloria pour cet article !

    RépondreSupprimer