jeudi 21 juin 2012

Lulu a lu la RFG N° 200.


Numéro Collector ! La Revue Française de Généalogie affiche sa 200ème  publication !
L'occasion pour Charles Hervis, son rédacteur en chef de nous parler fidélité.
Ah lala ...la fidélité dans le couple lecteur/éditeur ?
Comme dans la vie, une question de regard, plus que  d'abonnement ou de serment !
 Le regard du lecteur sur son journal. Qu'y cherche-t-il ? Qu'y découvre-t-il ? Comment lit-il, debout, assis, couché ?
Tatillon le généalogiste, je le vois bien classer ses revues dans l'ordre, répertorier les sujets qui l'interpellent. Mais j'en vois d'autres au fond d'la classe qui gribouillent, qui découpent, qui font des cornes aux pages. J'en vois qui cherchent encore l'étonnement en lisant au coin du bourguignon qui mijote.
J'en vois des connectés. Des qui tweetent, des qui bloggent, des qui ont leur page, ils interagissent, ils décortiquent, ils brassent les nouvelles technologies et pourtant ils sont là fidèles, lecteurs, en version numérique et aussi en version papier.
La RFG a un oeil sur ses lecteurs. Un oeil attentif, généreux et participatif. La RFG en la matière a tout pigé alors, pour ce numéro spécial, ce sont les lecteurs qui font la pige ! Huit généalogistes dont certains nous sont familiers. Tatiana et Renant, Jordi, Sophie, Clément, Maïwenn, Isabelle, Raphaël, nous donnent leurs astuces. Journal de recherche, concentration, organisation des déplacements aux archives, classement des documents. Du papier au numérique. Du numérique au smartphone...
J'ai tout lu. J'ai pioché des astuces, j'en ai retrouvé. Répertorier par patronyme, par village, numéroter. Programmer ses visites importantes et lointaines, classer ses trésors, savoir garder, savoir jeter. Tenir un journal de recherche...
Du papier au smartphone, j'ai pour ma part opté pour l'ordi petit modèle (14 pouces), léger, écran confortable, souris, la sorcière est presbyte, elle tient à son confort visuel, elle aime les claviers XL, elle a sa clé 3G et tweete peu parce que c'est dangereux chronophage. Indissociable d'un bloc sténo et d'un crayon, je ne griffonne bien que sur un bloc, mais j'ai Evernote !  Et je commence toujours par dater (du jour) ma page, avant de griffonner.
Encore faut-il s'astreindre à les suivre toutes ces astuces !  Je dois dire qu'en la matière je ne suis pas très bonne élève. C'est ainsi dans le dossier "Availles" que j'ai retrouvé "Gilles de la Tourette" qui n'a jamais mis les pieds à Availles.
Lulu... peut mieux faire.
D'ailleurs depuis que j'ai reçu la RFG, je fais le ménage, je range, je trie...

A coté des lecteurs en vedette, d'autres sujets passionnants par nos rédacteurs familiers :
- Algérie et Généalogie. Tourner les pages de l'histoire avec ceux qui sont partis, qui reviennent, qui cherchent leurs traces, 50 ans après. (Pierre Gabriel Gonzalez)
- La CNIL qui nous cherche des poux à vouloir brider l'indexation. G.de Morant nous a préparé un récapitulatif digeste d'une directive obscure. En attendant vous avez le numéro 199 de la RFG et son récapitulatif des bases de données à consulter pour avancer dans vos travaux.... Chut ;-)
- Lire et écrire autrefois (Gabriel Audisio). Attention pas question de méthode globale : lire ou/puis écrire. Un maître d'écriture j'en ai rencontré un dans mes p'tites affaires criminelles. Il fabrique des faux assignats pendant la période révolutionnaire et laisse des traces de ses méfaits sur la feuille qui sert à son élève... qui le dénonce. Comme dirait le bon Henri (Dès) c'est à l'école tagadagada qu'on apprend les bêtises. Revenons à l'article vous trouverez une carte de France de l'instruction au 19ème siècle, l'Est s'en sort bien, le Poitou nettement moins.
L'écriture c'est aussi des outils précieux, encre, plume, papier... Difficiles.

- Les (mé)comptes de la famille  par Véronique Tison. Radin de père en fils ? Pas si simple. De quoi passer sa vie sur un divan... et/ou derrière les barreaux ;-)

Et puis encore, organiser ses photos, sauvegarder ses données en ligne, MyHéritage en expansion, les débuts d'Histographe, démêler l'écheveau de laine en paléographiant, la solution du problème soumis aux lecteurs par Jean Louis Beaucarnot ! Tiens encore un familier dans les gagnants : Benoît Petit !

Bonne lecture à tous !





1 commentaire:

  1. brillantissime :-)) Un autre regard sur mon numéro 200 ! Moi non plus je ne tweete pas, il vaut mieux tourner son doigt 7 fois au-dessus du clavier que d'écrire des c...neries (hein Nadine, hein Valérie ??) et ça tombe bien j'ai pas l'temps. J'ai d'ailleurs même plus le temps de bloguer, alors :-((. Bises Lulu.

    RépondreSupprimer