jeudi 6 décembre 2012

Joseph exposé le 1er Thermidor An II - Angliers (86)


Changement d'époque !
Le p'tit Joseph a failli y passer. Dans "un panier d'osier à vendanger", il a été déposé devant une porte qui ne s'est pas ouverte. Pourtant c'est la porte d'HELIE le boulanger, à trois heures du matin il devait pétrir en chantant trop fort la marseillaise... Heureusement que ses voisins, les frères NAUDEAU ont l'oreille fine. "comme ils allaient dans la plaine pour voiturer du chaume", nos deux maçons ont vu le panier et prévenu le boulanger. Il se pourrait qu'il soit trop tard, plus un son ne sort du panier, et le petit corps est tout pâle.  Heureusement que la femme du boulanger ne perd pas de temps à s'pomponner ! La voilà qui saisit le drôle, l'approche du feu, le réchauffe, et Joseph est reparti pour la vie !
Notre brave boulanger part chercher PATRI, vous vous souvenez ? PATRI, le parrain de la p'tite Agnès ! Il savait écrire, et bien il a pris du galon, il est maintenant agent national de la commune ! Un NAUDEAU en est le maire !
L'an II c'est aussi la révolution dans l'abandon. On recueille les témoignages, on enquête, on précise, on cherche à comprendre. En Juin 1793, de nouvelles lois ont été votées.  Nous voilà deux siècles après, avec de la matière à histoire.
C'est la femme HELIE qui démaillote le drôle, C'est un garçon !
Et on décrit le trousseau. "enveloppé d'un oreiller de plumes d'oie sans souille". La souille c'une taie d'oreiller. La plume d'oie c'est du luxe.
"avec un drapeau sans langes, une chemise garnie de mousselines, des
brassières de serge de coton, et une coulisse en taffetas noir avec
un beguin garni de gaze, le tout attaché avec des épingles." 
 La serge de coton c'est du solide. Le taffetas, les épingles... Ce petit là est soigné.
Il est grand temps de le confier à une nourrice en attendant qu'il soit décidé.
On le nomme et on le prénomme. Là aussi ça change tout. Le premier abandonné de la République à Angliers, s'appelera Joseph BRUTUS, voilà pour la transition,  Joseph reste biblique et BRUTUS fonde la République.
Il est né dans le ruisseau c'est la faute à Rousseau, il aura du caractère c'est la faute à Voltaire !


Aujourd'hui premier thermidor deuxième année républicaine 
ont comparu devant moi officier public sous signé jean et françois
NAUDEAU maçons demeurant au bourg d'angliers lesquels m'ont
déclaré que ce matin environ les trois heures, comme ils allaient dans
la plaine pour voiturer du chaume, ils ont aperçu en passant
devant la porte du citoyen HELIE boulanger demeurant au dit bourg,
un panier attaché au marteau de la porte du dit HELIE et que s'étant 
approché du panier pour voir ce que pouvait être, ils ont reconnu qu'il
contenait un enfant naissant ; que surpris à cet aspect ils
ont frappé à la dite porte afin que ledit HELIE prît connaissance 
de l'enfant ; que ledit HELIE ayant ouvert sa porte a aperçu
les dits NAUDEAU lesquels lui ont fait la délaration ci-dessus, et 
qu'à l'instant ledit HELIE a détaché le dit panier contenant l'enfant
et l'a emporté dans sa maison accompagné d'eux deux ; que la 
femme du dit citoyen HELIE s'étant levée et ayant touché
l'enfant, l'a trouvé très froid et qu'après l'avoir approché du
feu elle a reconnu qu'il vivait ; qu'en conséquence ledit HELIE
s'est transporté aussitôt chez le citoyen PATRI agent national
de cette commune a qui il a fait le rapport ci-dessus et que le dit
agent, aux fins de constater les faits avait fait assembler le
corps municipal au lieu ordinaire de ses séances. d'après 
laquelle déclaration je me suis transporté à la chambre
commune où j'ai trouvé la municipalité réunie, et après avoir
reconnu que les faits rapportés au procès verbal dressé par la
dite municipalité étaient absolument les mêmes et énoncés dans 
le même ordre que ceux mentionnés ci-dessus, j'ai transcris le
dit procès verbal à l'endroit où les dits jean et François NAUDEAU
ont fini leur rapport ainsi qu'il suit ;
Nous officiers municipaux de la susdite commune, afin de 
nous assurer de la vérité, avons interpellé les dits citoyens
Jean et François NAUDEAU ainsi que le citoyen HELIE de nous dire
si les faits ci-dessus étaient véritables et s'ils n'avaient rien
à y changer ou à ajouter, à quoi ils ont répondu que c'était la
vérité, et qu'ils n'avaient absolument aucune connaissance 
particulière relativement à l'exposition de l'enfant. D'après
ce, nous nous sommes faits représenter le dit enfant par la
femme dudit HELIE laquelle nous a fait connaître que l'enfant
était un garçon auquel l'officier public a donné le nom de Joseph
BRUTUS, qu'il était couché dans un panier d'osier à vendanger,
enveloppé d'un oreiller de plumes d'oie sans souille, avec
un drapeau sans langes, une chemise garnie de mousselines, des
brassières de serge de coton, et une coulisse en taffetas noir avec
un baguin garni de gaze, le tout attaché avec des épingles. 
Et de suit avons provisoirement pourvu à la subsistance du 
dit enfant en lui procurant une nourrice qui s'est chargée
de l'abriter et de lui donner les autres soins nécessaires jusqu'à ce
qu'il en soit autrement ordonné. 
Fait et arrêté à la maison commune, mêmes jour et onque
dessus. NAUDEAU Maire, PONCET officier municipal, NOTON officier
municipal, PATRI agent national, AUBIN secrétaire greffier. 




Source : AD 86 Angliers NMD 1793/1801 page 21/134.
Nom : BRUTUS
Prénom  : Joseph
Date : 19 juillet 1794
Heure de découverte : 3h du matin
Lieu de découverte : Porte de HELIE boulanger
Découvert par : jean et françois NAUDEAU maçons
Noms des parrain et marraine, témoins : HELIE boulanger et sa femme, PATRI Urbain.
Description : bon panier et linges
Documents laissés : non

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire