vendredi 7 décembre 2012

Stanislas exposé le 20 Octobre 1795 - An IV - Angliers (86)


An IV (1795), la République s'organise à Angliers. Urbain PATRIX est désormais Procureur de la commune et son patronyme est affublé d'un X. Assez naturellement, on accroche à sa porte, les enfants nés sous...X
Le juge de paix de Martaizé  dresse le procès-verbal. Il recueille témoignages, constatations, confronte et détermine l'heure exacte de l'abandon, cherchant à savoir si cet enfant vient d'ici ou d'ailleurs. L'abandon se judiciarise. Référence est faite dans cet acte à l'article neuf du titre de la loi qui organise la procédure.
En effet, la loi du 28 Juin 1793, fait obligation à la Nation de s'occuper des enfants abandonnés. On les nommera désormais orphelins. Le Juge de paix est tenu de dresser un procès verbal mentionnant tous les indices (age probable, description, vêtements, indications). Pour Joseph, il manquait le juge de paix, mais l'essentiel était en place.
Cette nuit d'Octobre, on frappa à la porte, celle qui donne sur la place de l'Arbre de la Liberté ! PATRIX tout procureur qu'il fut, prit quelques précautions avant d'ouvrir. Il demande à ce qu'on lui réponde. Par cette nuit d'Octobre il entendit un enfant crier et un adulte rire...
L'époque est à perdre la tête ! Mieux vaut s'entourer de témoins avant de prendre un enfant par la main... Urbain va chercher Jean PATRIX, Joseph MARTIN et sa femme avant d'ouvrir la porte, le petit panier est là attaché à l'aide d'une corde.
Stanislas lutte pour la vie, dans de mauvais draps, il crie...
On interroge les voisines , Marie FILLATREAU, Magdeleine GIROIRE, ont-elles entendu quelque chose, croisé quelqu'un ? Magdeleine se souvient de ce soir là, son mari est rentré deux heures avant la découverte du petit, il n'a croisé personne et n'a rien vu !
Chassez le naturel, il revient au galop, Stanislas est nommé Laporte !


Aujourd'hui premier Brumaire de l'an quatre
de la République Française une et indivisible
Nous juge de paix du canton de Martaizé soussigné
sur l'avis à nous donné par Urbain PATRIX
procureur de la commune d'Angliers, qu'il avait été
trouvé un enfant exposé dans la ditte commune
nous sommes transporté en cette commune maison du 
Du dit citoyen PATRIX, ou nous avons trouvé ledit
PATRIX, lequel nous dit que le vingt huit du mois
dernier sur les deux heures du matin ....
il entendit frapper à sa porte ouvrant sur la place
De l'arbre de la liberté, qu'entendant frapper il se leva
et demanda qui voulait entrer, et comme personne ne
répondait il dit qu'il n'ouvrirait point si l'on ne 
parlait, et à l'instant il entendit rire et les cris
d'un enfant naissant, que pour lors il se défia que
s'en était vraiment un qu'on venait d'exposer
et alla à l'instant chercher pour témoins les citoyens
Jean PATRIX, Joseph MARTIN et sa femme aussi comparante
que lorqu'ils furent arrivés ils ouvrirent la porte
à laquelle était attaché avec une corde un enfant
mâle qui paraissait être naissant lequel était dans 
un mauvais panier à ance sur un mauvais oreiller
enveloppé d'un mauvais mouchoir blanc et d''un morceau
de tapisserie, ayant une petite coulice de fleuret
viollet bordée d'un petit gallon vert, lequel exposé les
dits comparants ont attesté véritable, et ont déclaré ne savoir
signer sauf les soussignés ;
Ensuite pour tacher d'acquérir quelque connaissance sur
l'exposition dudit enfant qui nous a été représenté dans l'état
cy-dessus détaillé, nous avons fait appeler Marie FILLATREAU
et Magdeleine GIROIRE voisines dudit PATRIX auxquelles avons
demandé si elles n'avaient point quelques connaissances que le
vingt-huit du mois dernier sur les deux heures du matin
moment auquel a été trouvé le dit enfant, que quelqu'un
fut venu dans la ditte commune ou eut été à quelques heures
de nuit ou s'en retournant, lesquelles nous ont affirmé
n'avoir vu ni entendu qui que se fut, et a dit même
laditte Magdeleine GIROIRE que son mari André NAUDEAU
 Lejeune venait d'arriver de campagne vers une deux heures
avant que l'enfant fut trouvé, mais qu'il n'avait vu ni 
entendu personne ; lesquelles interpellés de signer  ont
déclaré ne savoir-------------
De tous quoi nous avons dressé le présent acte dont
expédition sera mis es main de l'officier public de la 
commune dans les vingt quatre heures conformément
à l'article neuf du titre trois de la loi qui détermine
de constater l'état civil des citoyens, 
Fait en la maison du dit PATRIX à Angliers les jours
et an cy-dessus, la minute signée Jean PATRIX
------(page suivante)----------
Joseph MARTIN, PATRIX procureur de la commune
et de nous LF CORDIER juge de paix, pour copie 
conforme signé Buzet Greffier. 
Enregistré à Moncontour le 1er Brumaire par
olivier qui a reçu une livre. 

Aujourd'hui deux brumaire de l'an quatre
de la république française une et indivisible
j'ai officier public soussigné, reçu selon la loi
la déclaration de la naissance et exposition de
Stanislas La Porte trouvé exposé dans un panier
à la porte du citoyen Urbain PATRIX procureur de
cette commune le vingt huit du mois dernier sur les deux
heures du matin lequel dit enfant nous a paru être
né de la veille, laquelle exposition nous a été certifiée
par Urbain PATRIX procureur de cette commune , et jean
PATRIX sabotier tous les deux demeurent au bourg
d'Angliers lesquels ont signé avec Urbain PATRIX. 

Source : AD 86 Angliers NMD 1793/1801 page 55/134.
Nom : LAPORTE
Prénom  : Stanislas
Date : 20 Octobre 1795
Heure de découverte : 2H du matin
Lieu de découverte : La porte d'Urbain PATRIX
Découvert par : citoyen PATRIX
Noms des parrain et marraine, témoins : Jean PATRIX, Joseph MARTIN et sa femme, Marie FILLATREAU -  Magdeleine GIROIRE
Description : Mauvais panier, mauvais linge.
Documents laissés : non
confié à ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire