samedi 8 décembre 2012

Zéphirine exposée le 12 septembre 1808 - Angliers (86)


Cette fois, Jeanne TETE-FOLLE avertit elle-même les autorités. On a frappé à sa porte, vers minuit. Elle, son mari Louis, Jacques et René Tete-folle cultivateurs ont accouru et trouvé "couché sur la terre" un enfant exposé, emmailloté dans un oreiller de plumes de poules, couvert de sa souille, avec une layette en bon état et un papier contenant ces mots :
"messieurs les administrateurs chargés du soin de cet enfant, sont
invités de le faire baptiser et enregistrer sous le nom de Zéphirine
ULFANIE, ils obligeront infiniment ceux à qui il appartient"
Le message est clair, voire autoritaire. Qui écrit ? Sans doute pas la mère de l'enfant. Plutôt un intermédiaire. Il ordonne plus qu'il n'implore. Il semble habitué à être écouté. C'est la première fois que s'ajoute à une demande de soins, la demande d'un baptème. Quel déchirement, quel dilemne dans ces quelques lignes, on y ressent un certain fatalisme emprunt d'un immense regret. Complice familial ? Sage-femme ?
Si Zéphirine s'est retrouvée seule à la porte, le temps qu'elle s'ouvre, quelqu'un sans doute dans l'ombre veillait et sa maman n'était probablement pas seule lorsqu'elle l'a mise au monde.
Zéphirine, est enfant du secret, mais pas de la misère, hélas il est des secrets qui rendent tristement misérables.

Aujourd'hui douzième jour de septembre mil huit
cent huit, moi maire sous signé faisant les fonctions d'officier
public de l'état civil, sur l'avertissement qui m'a été fait
cejourd'hui par Jeanne TETE-FOLLE épouse de Louis TETE-FOLLE
journalier demeurant au bourg d'Angliers, de l'exposition d'un 
enfant trouvé à sa porte, me suis transporté au domicile des dits
TESTE-FOLLE lesquels, en présence des citoyens Jacques et René
TETE-FOLLE, tous les deux cultivateurs et domiciliés de cette commune
témoins à ce requis, m'ont déclaré que cette nuit environ minuit
l'on avait frappé à leur porte, que les dits y ont accouru pour
savoir ce que c'était, qu'ils ont reconnu que c'était un enfant exposé
et couché sur la terre, emmailloté dans un oreiller de plumes
de poules, couvert de sa souille, le tout en toile, deux langes
d'étamine grise, deux drapeaux, des brassières d'étamine blanche
une coulisse en toile, une chemise et un papier contenant ces mots,
(messieurs les administrateurs chargés du soin de cet enfant, sont
invités de le faire baptiser et enregistrer sous le nom de Zéphirine
ULFANIE, ils obligeront infiniment ceux à qui il appartient)
examen fait dudit enfant, il a été reconnu être de sexe féminin
et vu le besoin d'aliments nécessaires au dit enfant, avons engagé
la dite Jeanne TETE-FOLLE nourrice d'alimenter provisoirement
cet enfant, jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné, ensuite
avons sommé les dits Jacques et René TETE-FOLLE de nous déclarer
s'ils n'avaient aucune autre connaissance de l'exposition du 
dit enfant, et ont dit n'en avoir aucune autre. fait et arrêté
en présence des dits témoins et des dits Jeanne et Louis TETE
FOLLE, les jours mois et an que dessus, et ont dit témoins
signé avec nous, Louis et Jeanne TETE-FOLLE ayant déclaré ne
le savoir de ce enquis. 
Signé en la minute NAUDEAU maire, Jacques et René TETE-FOLLE

D'après la lecture de ce procès verbla que les dits
témoins ont déclaré être conforme à la vérité, et la réprésentation
qui m'a été faite de l'enfant qui y est désigné, j'ai 
en conformité de l'écrit trouvé sur le dit enfant, donné à 
icelui le nom de Zéphirine ULFANIE, et j'ai rédigé en
vertu des pouvoirs qui me sont délégués, le présent act que 
les dits témoins ont signé avec moi, les dits Louis et Jeanne
TETE-FOLLE ayant déclaré ne le savoir. 


Source : AD 86 Angliers N 1801/1814 page 34/78
Nom : ULPHANIE
Prénom  : Zéphirine
Date : 12 septembre 1808
Heure de découverte : Minuit
Lieu de découverte : Porte
découvert par : Jeanne BOURDIER, Jacques et René TETE-FOLLE
Noms des parrain et marraine, témoins :
Description : Bon linge
Documents laissés : Papier avec nom, prénom et demande de baptème.
confiée à Jeanne BOURDIER nourrice, épouse TETE-FOLLE.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire