mercredi 20 février 2013

Lulu indexe les recensements d'Availles (86) !



Tout a démarré le 17 septembre 2012 : Les Archives de la Vienne ont offert à leur public branché l'indexation collaborative : tous ensemble, chacun à sa mesure, participer à l'indexation des recensements de population de la Vienne entre 1836 et 1901. Ces documents nous apportent des mines d'informations sur la composition  des foyers, j'y reviendrai en détail et avec illustration, mais au delà, c'est la vie des petits villages qui s'anime en quelques pages : les métiers, les quartiers, les malheureux ou les rentiers, les soldats, les domestiques, les religions des citoyens, les curés et les agents municipaux et l'instituteur.
C'est un gazouillis de Plime qui m'a avertie. Le monde des GénéaGeek est efficace, solidaire et sympathique.
Le temps de lacher mon balai, de comprendre qu'il fallait s'inscrire sur un compte Archinoé, différent du compte habituel et hop j'étais prête. Je n'ai pas la comprenette si rapide,  n'empêche... Ce fut moi la première inscrite ;-)

Pendant que le sauté de veau mijote, en attendant le retour du guerrier, l'arrivée de l'enfant prodigue, la livraison du pain frais pour le p'tit déj', histoire de ne pas déprimer devant le dernier navet de la p'tite lucarne, ou bien pour changer des moutons pendant les insomnies...
Bref, ce ne sont pas les occasions d'indexer qui manquent !
L'indexation des recensements c'est un peu comme le sudoku ou les puzzle, c'est délassant.
 J'ai été la première à me prendre au jeu (si, si, les AD86 me l'ont dit) ,  mais je ne suis pas la seule et le boulot avance, nous comptons 48901 index renseignés à ce jour aux Archives de la Vienne !
 J'ai fait un p'tit calcul approximatif. A raison de 60 saisies par page, 12 à 14 pages par registre... Je dois être autour de 4300 saisies. Pas mal !
Je commence à bien les connaître, mes voisins du 19ème siècle, leurs enfants, les mariages, les domestiques, les métiers, les maisons partagées.  Qui se marie avec qui.
J'ai fait la moitié des recensements d'Availles-en-Châtellerault. L'année 1872 est bientôt terminée.
Je vais m'appuyer sur ce travail pour mettre en route un vieux rêve : faire la généalogie de mon village !
ça mijote, ça mijote.
Allez je retourne à mes moutons,  je vous ferai signe lorsqu'on aura passé les 50 000 !

1 commentaire:

  1. En parlant de généalogie de village, je suis dans celle d'Aubière (d'où sont originaires tous, ou presque, mes ancêtres paternels) depuis 40 ans maintenant ! Bon courage, Lulu ! (Pierre B.)

    RépondreSupprimer