mercredi 29 mai 2013

Le p'tit Echo de Cora -N°3 -

Portrait de l'éternel complice, le frère de Cora, Stéphane Robinet, n'est pas en accès libre. Il faut aller le consulter là : sur le site de la BIU Santé....
Il fut membre puis Président de l'Académie Impériale de Médecine et c'est à ce titre que cette photo est archivée dans la BIU Santé de l'Université René Descartes.

Les recherches généalogiques avancent à grands pas. L'équipe des amoureux de Cora (Valérie Lastinger, Alain Gros, Sophie Boudarel, Fred Coussay, Elodie Bonnet, Généanet, Centre Presse) s'est enrichie d'une autre perle rare, Christiane Huot-Lémont, à qui je dois les très nombreuses avancées de ces derniers jours !

Les données généalogiques retrouvées sur Généanet se précisent, se corrigent, se confirment et trouvent leur source. Enfin du solide !
L'arbre généalogique de Cora Millet-Robinet sera mis à jour aussi souvent que nécessaire. C'est encore un buisson mal taillé. Encore quelques soins de jardinage et il sera sur Généanet.
La sagesse de Sophie me gagne : avant de me précipiter aux Archives Départementales de la Gironde... j'ai téléphoné. L'archiviste attentif vérifie les données disponibles. Il semble que les originaux des lettre de Jeanne-Eulalie Lebourg n'y soient pas. Il s'agit des transcriptions faites par Gabriel Debien.
Une chasse au trésor s'ajoute à l'autre : Où sont les lettres de Jeanne-Eulalie ?
La grand-mère de Cora écrit à sa soeur Rose, à Nantes. Archives Départementales de Loire Atlantique contactées, j'attends la réponse.
De nombreuses données sont aux Archives Municipales de Paris, j'irai les photographier, si l'ampleur de la tâche le demande, nous chercherons de l'aide.
Des éléments à retrouver sans doute aux Archives d'Outre-Mer... Aix-en-Provence, destination d'été à envisager ?
D'autres encore aux Archives Nationales. Série F/12 Secours aux réfugiés et colons spoliés. Paris, Pierrefitte ? Qu'importe !
Sur quel navire nous sommes-nous embarqués ?
De Nantes à St Domingue nous suivons la trace de Jeanne Eulalie, sur certains actes on l'appelle Agathe, et son époux s'appelle Jacques Patrice. Tiennent-ils par la main François et Eulalie Laure, frère et soeur, oncle, mari et mère de Cora ?
Le puzzle se construit...
A bientôt et merci à tous !

9 commentaires:

  1. je peux m'occuper de Paris :) si on me dit ce qu'il faut faire, je dois y arriver :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je veux bien, Brigitte ! Ton aide est précieuse ! Je vais à Paris de temps en temps, mais je pense que je ne bouclerai pas en une journée !
      Nous avons trouvé de nombreux actes reconstitués aux archives municipales de Paris. Il faut aller chercher ce qui reste derrière. Je t'envoie un résumé par mail privé.
      Deux ordres de bataille :
      La principale c'est de régler cette histoire de consanguinité entre Cora et son époux.
      Ensuite, puisqu'on est embarqué dans cette généalogie passionnante, tout est bon à prendre, mais cette fois dans une recherche plus tranquille et à plus long terme.
      Je me souviens que dans le premier article que j'ai publié sur ce blog sur Cora, je la rêvais se baladant avec Pasteur dans les chemins de Prinçay. Stéphane Robinet est Président de l'Académie de Médecine, mes rêves se sont sans doute réalisés ;-)

      Supprimer
  2. En ce qui concerne les parties de l'état-civil de Saint-Domingue conservées mais non disponibles sur le site des ANOM : un double des microfilms est consultable aux AN de Paris. Mais j'ignore si oui ou non ces microfilms ont été déménagés à Pierrefitte ce qui n'était pas encore le cas lors de l'ouverture de ce centre. l'info m'intéresse aussi car je suis bloquée dans mes propres recherches à cause de la paroisse qui bien évidemment N'EST PAS en ligne...(grrrr)
    Pour trouver où se trouvent les vrais originaux des lettres de Jeanne Lebourg: essayez toujours de contacter Philippe et Bernadette Rossignol de "Généalogie et histoire de la Caraïbe", ce sont eux qui ont classé le fond Gabriel Debien et déposé aux AD de Gironde. http://www.ghcaraibe.org/ En même temps peut-être Gabriel Debien les a-t-il recopiés en entier ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elodie, je vais me renseigner et contacter de ce pas les Rossignol !

      Supprimer
  3. Bon courage pour ce beau et passionnant projet.
    J'espère pouvoir t'aider à ma manière...sur Paris peut-être, même si le temps m'est compté.
    N'hésites pas
    Bon we ensoleillé :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Benoit et bienvenue au Club des amis de Cora !
      Je vais faire le bilan des avancées dans le prochain écho mercredi. Un écho par semaine, ça me laisse le temps de mettre à jour quelques-unes des avancées sur l'arbre. Ce n'est pas une famille, c'est une saga !
      Au delà des réponses aux questions précises aux premières questions posées, il est tentant de jardiner enfin dignement l'arbre de Cora et de mettre en ligne les données, le plus complètement possible afin que chacun puisse les retrouver.
      Je te tiens au courant. Toute aide même ponctuelle est bienvenue, ne serait-ce que pour me permettre d'organiser ma venue à la capitale. C'est une chose de chercher aux archives de la Vienne, dans mon univers (j'ai presque mon numéro de place 27) et de débarquer à Paris en TGV en se disant qu'à 17H terminé, combien de jours prendre pour consulter une dizaine de fiches de l'état civil reconstitué ?
      Allez ce matin c'est brocante ! Bon WE à toi !

      Supprimer
  4. Concernant l'état-civil reconstitué des Archives de Paris ça va relativement vite: armée de votre liste précise de tous les dossiers que vous voulez consulter, vous repérez dans l'inventaire les numéros de bobine de microfilms et ensuite vous prenez celles qui vous intéressent en libre-accès dans les tiroirs.Allez hop dans le lecteur et à vous l'aventure...Le contenu des dossiers vous donnera sûrement dans quelle paroisse les personnes ont été baptisées ou se sont mariées. Là par contre c'est du bon vieux registre d'époque de l'évêché qu'il faut commander et attendre que ça arrive des magasins.Mais ce sont les seuls actes authentiques encore disponibles entre 1800 et 1860. N'oubliez pas de consulter l'énorme fichier nominatif disponible en salle de lecture: Constitué par dépouillement d'anciens documents parisiens on y trouve des infos étonnantes sur les familles parisiennes. Et après y'a plus qu'à commander...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elodie, vous êtes un guide formidable !

      Supprimer