lundi 17 juin 2013

Violence conjugale à Liglet (86) - 1691


A Liglet, on n'a pas attendu les féministes pour tirer les sonnettes d'alarme !
En 1691, F. Bichier, le curé de la Paroisse mentionne Louis MONTEREAU dans son registre, espérant sans doute lui attirer la colère de Dieu. On peut supposer qu'il en parlat aussi à la messe.
Louis MONTEREAU vit à Journet. Il n'est sans doute pas tout jeune.
 Il frappe sa femme tant et tant  et depuis tant de temps, que la pauvre Marie BONNEAU épuisée, blessée, se réfugie enfin au village de Liglet chez son gendre, Pierre BIDEAU.
Elle y est depuis quelques jours, elle ne va pas bien, sa fille espère que les choses vont s'arranger. Mais il est trop tard. Le 12 Mars, il est temps d'appeler le curé. Marie lui confie qu'elle meurt des coups subits : des coups de genoux et des coups de bâton dans l'estomac. Les coups de son époux.
Il n'y a pas d'époque hélas pour la violence conjugale.
Il n'y a pas d'âge non plus.
La pauvre Marie BONNEAU avait soixante et quelques années...

2 commentaires:

  1. La colère de Dieu?
    Le 17 mars 1691 le curé Bichier enterre Jeanne Montetaud épouse de Pierre Bidaud âgé de 30 ans.
    Le 25 mars 1691 il enterre Pierre Bidaud âgé de 35 ans.
    Bien mal récompensés d'avoir aidé leur mère et belle-mère.
    Ils avaient eu au moins trois enfants.
    Le curé Bichier ne nous dit pas de quoi ils sont morts....
    Eliane

    RépondreSupprimer
  2. Merci Eliane pour ce rebondissement !
    Quelles sont les pistes :
    maladie contagieuse ?
    Empoisonnement ?
    Intoxication ?
    Les enfants n'ont rien ?

    Amicalement à vous.

    RépondreSupprimer