mercredi 16 octobre 2013

Du sirop d'érable à la Chapelle Roux ! Echo à la NR.


C'est toujours un heureuse surprise lorsqu'un article de blog mène au delà du virtuel, à une rencontre.
Ce sont les  informations partagées et réunies ici sur la Chapelle-Roux qui m'ont valu le plaisir de rencontrer Marie-Christine  le 25 septembre.
La famille Germe a une passion : la généalogie. Un site web et une spécialité : les amitiés généalogiques canadiennes-françaises.
Comment se souvenir des liens qui nous unissent et nous viennent de si loin dans le temps et l'espace ? Comment passer du passé au présent ? Et bien tout simplement en cheminant de village en village, en y venant raconter ces histoires de migrants, de réfugiés, qui ont traversé les océans et qui bien avant l'internet ont fait de ce monde un village !
Apposer une plaque c'est une manière de réveiller le souvenir de ces ancêtres lointains.
A la Chapelle-Roux ce jour de février 1778, il y avait un p'tit goût de sirop d'érable au menu des amoureux. Marie-Joseph Bunel née à Montréal est revenue en France avec ses parents en 1762, arrivée au Havre. Peu de temps après l'arrivée de la famille, sa mère Marie-Joseph Poirier décède. Trois ans plus tard, Jacques Bunel son père, se remarie avec Marguerite Doucet, une acadienne rencontrée là-bas, elle aussi revenue de loin. Et c'est par ce remariage que la famille se voit attribuer une ferme dans le Poitou !  La 36, aménagée sur la ligne acadienne d'Archigny, par notre bon marquis de Perusse des Cars !
Marie-Joseph y grandit, rencontre Antoine Rouger, un p'tit gars de chez nous, et nous voilà ce seize de février à la noce !
Ils auront six enfants.
Tiens donc, un "Rouger" ? ça me dit quelque chose ! A la Godardière, on a des Rouget, que l'on n'a pas pris le temps de remonter bien loin, il va falloir s'y mettre, car si en venant partager quelques documents d'archives historiques, j'avais finalement retrouvé une cousine ?

Cette sympathique rencontre nous a permis d'évoquer l'histoire de cette petite paroisse, sous l'oeil bienveillant et nostalgique de Monsieur André Hérault adjoint de la municipalité de Chenevelles et avec l'oreille attentive de M.P Tinlande correspondante de la Nouvelle République, dont voici l'article.
Y aura-t-il une plaque à la Chapelle-Roux pour rappeler ces noces du bout du monde ? Je l'espère, ce sera l'occasion pour les enfants du village de rêver à de lointains voyages !
Si vous souhaitez connaitre les villages qui gardent une trace du passage de nos lointains cousins, direction le site de la famille GERME !

Les Amitiés Généalogiques Canadiennes-Françaises : Sommaire du N°36 





6 commentaires:

  1. Sympathique rencontre à La Chapelle-Roux le 25 septembre 2013 avec Gloria, MP Tinlande et Mr Hérault, et pour moi l'émotion de transmettre une information inédite à cette Municipalité huit jours auparavant " une fille née et baptisée à Montréal mariée à la Chapelle-Roux".
    En espérant qu'une Plaque Commémorative rappelera ce souvenir Québécois de Marie-Joseph en ce lieu où mes Ancêtres Clerté ont vécu également.
    Marie-Christine Chaillou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie-Christine et à bientôt j'espère !

      Supprimer
  2. Cette histoire de la famille Bunel avait déjà été publiée au premier trimestre 2013 par l'association Les Cousins Acadiens du Poitou à Archigny dans son bulletin en ligne n°113 http://www.archigny.net/galerie/documents/Bulletin%20113.pdf
    Ce mariage à La Chapelle-Roux de 1778 figure depuis 1996 page 108 dans le livre de Guy-Charles Bugeon "Les Fermes Acadiennes du Poitou et leurs occupants de 1774 à 1793" disponible à la Ferme-musée des Huit Maisons à Archigny. Il y a eu beaucoup d'autres mariages de descendants acadiens ainsi que des baptêmes et des sépultures. Par contre la petite chapelle actuelle n'existait pas à cette époque, l'église a été détruite. Donc cette chapelle ne peut pas être un lieu de mémoire acadien et québécois.
    Quand à cette association Les Amitiés Généalogiques Canadiennes-Françaises dite AGCF, elle ne figure pas sur le site officiel de la ville de Poitiers.
    .

    RépondreSupprimer

  3. L'histoire de la petite chapelle a été rappelée lors de cette rencontre, j'étais même là pour ça ;-) Elle est un lieu de mémoire de ce hameau et par conséquent des évènements qui y furent célébrés (dans ce hameau, pas dans cette chapelle !). Enfin c'est mon avis, indépendamment de la pose ou pas d'une plaque.
    Ah les rivalités associatives sont toujours navrantes pour ceux qui comme moi sont prêts à saluer le travail des uns et des autres... Merci quand même pour ces précisions ;-)
    Salutations très cordiales et hélas anonymes ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Pour les descendants acadiens du Poitou, il n'y a pas de rivalités associatives puisque l'association Les Cousins Acadiens du Poitou est la seule à disposer d'un siège social dans le département de la Vienne (en mairie d'Archigny) et aussi la seule à tenir des assemblées générales publiques.

    Vous avez raison de défendre ce patrimoine local de Chenevelles. C'est la même chose en ce qui concerne la petite église de Cenan, paroisse des acadiens à La Puye, pour laquelle une rénovation et une souscription sont en cours par la mairie de La Puye (Les Cousins Acadiens du Poitou ont effectués un don substantiel).
    Site d'activités: http://www.archigny.net/spip.php?rubrique=5

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Monsieur Boudreau,
      Je reste persuadée qu’il y a une place pour chacun et que le mieux est de faire preuve de tolérance et de modestie.
      L’essentiel c’est l’archive, l'histoire, pas celui qui la met en lumière.
      Cette rencontre à la Chapelle-Roux fut un très agréable moment et l’occasion de mettre une fois de plus à l'honneur ce lieu. Cet article, petite bouteille à la mer, a traversé l’océan et trouvé une main cousine du coté du Québec, que demander de plus ? L’occasion aussi de déposer bientôt à la mairie, les documents que je possède sur le sujet et qui m’ont été confiés par d’autres passionnés du lieu.
      Ici le principe c'est la cordialité et le partage, c'est aussi une cour de récréation. On s’y amuse souvent et on s’y chamaille parfois. Bref, là , je siffle la fin de la récré ;-)




      Supprimer