lundi 21 octobre 2013

L'épicerie de Savigné - Echo à la Pissarderie - Photos - Geneatheme




Aujourd'hui Sébastien Pissard dans son formidable blog sur le village de Savigné, nous raconte l'histoire de l'épicerie Sauzeau. Sébastin n'a pas oublié que j'ai une carte postale de cet établissement qui apporte des compléments d'information sur le sujet. Elle nous permet de mettre un visage sur la famille Vignaud qui prit la succession de l'épicerie.
Sébastien, cette image est à ta disposition pour compléter l'illustration de ton article.

Vignaud est à la porte de l'épicerie. Son épouse est à sa droite. Et pourquoi pas à sa gauche ?
Et bien parce qu'à sa gauche c'est Louise Naud, l'arrière grand-mère de mes enfants.
Et comment je le sais ?
D'une part parce que je la reconnais la Louise, je la connais par coeur, sans l'avoir jamais vue.
Et puis parce que la p'tite Emma qui est à sa gauche, a écrit au dos de cette carte, bien longtemps après.
La tante Emma, je l'ai rencontrée, elle travaillait à la Comédie Française et elle cuisinait les meilleures crêpes de Paris !
Je vous laisse relire l'article rédigé à l'occasion du D du challenge AZ qui illustre le thème photo du mois.
-----

D comme Dos des Cartes Postales.
Une parmi les ressources du généalogiste. Pour exploiter au mieux les photos anciennes, il faut travailler sur la continuité, s'imprégner des visages, les rendre familiers. C'est assez facile pour ses propres grand-parents. ça devient plus difficile pour les autres branches de l'arbre généalogique.
De cette aventure généalogique, je garderai le merveilleux souvenir du travail d'identification de ces photos avec mon beau-père. Installer Papi Cigare devant l'écran et le laisser scruter.
Papi reconnait les visages, les lieux, les écritures. Je note, j'essaie de suivre, je me trompe, je ne comprends pas bien, je me fais remonter les bretelles, je corrige, il revient, il se souvient encore, il prend un chemin de traverse.
Je le suis.
Me voilà perdue dans les bois avec  Joseph, son père, au retour de la guerre de 14, c'était une telle misère, je pousse la chèvre qui s'invite dans l'histoire de cette misère, ellle allaite le p'tit dernier d'une tante dont j'oublie le nom, mais je me souviens que l'enfant survit.
Elle est là la chèvre, elle a grimpé sur le lit, elle s'installe pour que le petit puisse têter !
Sans blague !
J'aime ce fouillis, ces pointillés de l'histoire qui se gravent dans ma mémoire, j'aime cette histoire orale. Ces moments suspendus, lorsque la parole s'interrompt et qu'il faut poursuivre le reste du récit dans le regard perdu ému et lointain d'un vieil homme.
Eh Papi Cigare !
Nous voilà partis bien loin de cette épicerie ! ..
Revenons-y.


Si rien n'avait été écrit au dos de cette carte, aurais-je eu l'idée de penser y trouver des membres de la famille ?
Ici le texte nous donne des indications sur les personnages. Il nous a fallu dans un premier temps identifier qui écrivait... C'est la tante Emma, Papi est formel.


Emma Naud née en 1906 est la fille de Louis Naud et Louise Audoin.
Je me souviens très bien de la tante Emma, elle vivait dans un tout p'tit appartement au fond d'une cour à Paris. Elle racontait son mari taxi, l'oncle Monsallier, qu'elle avait tant aimé.
Elle avait une scoliose grave la tante Emma, mais elle s'est tenue droite toute sa vie.
Elle faisait les meilleures crêpes de Paris.


Emma qui est la p'tite fille appuyée sur le mur, désigne sur la photo sa soeur Louise Naud (arrière grand-mère de mes enfants), qui est à coté d'elle. Louise je la connais bien, elle est sur de nombreuses photos.
Celle-ci qu'elle envoie à son mari prisonnier pendant la guerre.

Le père de Louise, Louis Naud est le personnage en chemise blanche et gilet. Il est sans doute venu en vélo, et a posé son chapeau sur le porte-bagages le temps de la photo. Nous le retrouvons sur les photos de mariage. On le reconnait bien et son chapeau avec lui !


Le petit garçon à son coté est Louis Godard, son petit fils, le neveu d'Emma, le fils de Louise Naud épouse Godard.
Les trois autres personnages de la photo sont sans doute la famille Vignaud qui tient l'épicerie.

4 commentaires:

  1. Belle plume comme d'habitude. Je me demande bien à quoi pouvait ressembler l'intérieur...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Elodie ! La vitrine promet un joyeux bric à brac intérieur !

    RépondreSupprimer