samedi 20 avril 2013

R comme Rêve d'Orient. #ChallengeAZ


De quels rêves d'empire du levant, Menard le prieur peuplait-t-il ses mille et une nuits et ses jours d'Angles ?
Quelles envies de voyage, quelles lectures l'amenèrent à cet inventaire à la Prévert ?
Menard l'orientaliste nous offre en deux temps un lexique complet de l'organisation de l'armée et de la société ottomane.
Une première fois au tout début de l'année 1688 et une seconde fois à la fin de cette même année.
Sans autre explication.
Fascination à la lecture d'un ouvrage de voyage ?
Lequel ? Pourquoi ?
Loti n'était pas encore né, mais Busbecq était déjà revenu avec quelques lettres...



BMS 1684-1690
page 47  B-A BA de l'armée ottomanne.

Il y a 12000 janissaires dix desquels ont leur Odabassi
Le Bolachbassi commande à cent innissaires ainsy il y a 120 boluchbassi des innissaires
Les solachs sont des estafiers du prince et sont 150
Le solachbassi est leur chef
Les spaccoglans sont 3000 jeunes gens qui accompagnent le prince à cheval et sont à sa droite et ont
un Aga ou Capitaine, un lieutenant ou un sacronive?
Les silichtavs sont 3000 autres cavaliers qui marchent à la gauche du prince
Les 2 Olofagibassi c'est à dire les chefs des soldats ont sous eux 2000 olofages
Les Caripoglans c'est à dire pauvres jeunes ... soldats sont 2000
Les 2 bracovbassi c'est à dire maitres d'écurie
Les 16000 sarrachi sont ceux qui accoutrent les brides, mous et selles
Les caissi sont valets d'étable
Les cavmandari ont le soin des mulets

Les danigi gouvernent les chameaux
Les cauviligi font paitre les trouppes de chevaux en divers lieux
les 40 peichs sont valets de pied .... qui courent partout aux ordres du prince
Les 2 achergibassi  à la charge des esperviers
les 2 achergibassi et chef des fauconniers
Les 200 zaniglier sont sou le zachergibassi
Le gebegibassi a la charge des armures et commande à 500 gabazi
Le Topcigibassi est le chef des canonniers
.... sont les 3000 canonniers

L'imervalen Aga est le porte enseigne du prince et est capitaine de tous les mechters
L'Arpaemin est le pourvoyeur pour les bleds, et a un pvotogar ou lieutenant
Le savaemin est un pourvoyeur qui a la charge des chemins des édifices fontaines canaux
Le bavatemin est celuy qui dispense les commandements du prince par écrit, et exige les deniers
Le Dvagoman est l'interprète et truchement de toutes langues
Les Azamoglans sont les enfans de tribu dont on tire les innissaires et ont leur Aga
Les Asapi sont 1000
Le Baglerban de la mer c'est l'admiral
Les sangeacs sont les gouverneurs des places
les spacqui sont 30000 soldats à cheval
Les Timarati sont 20000 en nombre, et sont des soldats qui ont des commanderies et servent à la défense
Les Aquengi sont 60000 avanturiers à cheval
Les 7 baglerbens 1 de grèce ou d'Europe et 6 d'Asie, 1 de Natolie ou Asie mineur qui contient le pont, la Bithinie, la propre Asia, la Lidie, Cavie et Licie, 2 de Cavama..
qui est la licie et pamphilie 3 d'Aladule ou paphlagonie 4 d'Amasie et Joccato jadis capadoce et Galatie 5 de Mesopotamie et Armenie mineure
----------------
page 57

Le muphti est le souverain pontife des Turcs
Le casnadarbassi qui est le chef des .... et est eunuque
chiuchter est celuy qui porte les souliers du grand Seigneur
Le Scilichtar porte l'arc et les flèches
Le chiocadar porte l'habillement
Le saraptar porte le vase d'eau
Le scemeglili porte le siège ( du grand seigneur)
L'odabassi est le chef de la chambre
Le Capabassi eunuque est le chef de la porte
Le Luilergibassi est le maitre des dépenses
Le saraidarbassi est le garde du serail et est eunuque
Le capoglan est le chef des jeunes gens
Le bostangibassi est le chef des jardiniers
le protogere est son lieutenant
Le boluchbassi préside sur dix jardiniers
L'Assibassi est le maitre des cuisiniers
Le Cavalgibassi est le chef des confituriers

Le Casnergirbassi est le chef des dépensiers et ... maitre d'hotel
le mutpachemin est le dépensier
Les sacca sont les porteurs d'eau
Les capigibassi sont les capitaines des portes
Les capigiquequessi est l'autre nom des capigi
Les Cadilesquiers talismans sont les docteurs de la loy
Les cadi sont les juges
Les muchdubassi sont comme ...
Les defterdari ou teferdari sont comme nos trésoriers
Les 2 rosunamogi sont les maitres clercs qui recoivent et déboursent l'argent
Les desnadars sont les peseurs qui payent les aspres et ducas
Les Saraffieri sont les banquiers qui connaissent l'or et l'argent s'il est bon
Le Nessargibassi est comme le chancelier qui signe les lettres du prince

Les 10 casnadri sont les petits trésoriers sous le cajnadarbassi
Les bestermin sont sou les casnadri et tiennent registre des gages des officiers
Les 80 mutaferaques portent la lance tous les jours quand le prince sort en campagne
Le chirusbassi? est le chef des sergens de l'armée
Le mechtarbassi est le chef des tapissiers du prince et de ceux qui...
L'Aga est le capitaine des Janissaires
Le Chaucaya est le lieutenant de l'Aga
Les Jannizerinssis est le scribe des janissaires
Le sech mombassi est le maitre des chiens de chasse.


Moi j'ai trouvé mon pseudo : Cavalgibassi (chef des confitures)


vendredi 19 avril 2013

Q comme Quadruplés #challengeAZ


La naissance qui eut lieu à Vouneuil sous Biard, le 1er Mai 1785 mérita les honneurs de la presse !
 Et pour cause :

La femme du nommé Royer, habitant de cette paroisse, accoucha, la nuit du 30 avril au premier de ce mois, de trois filles. Comme cette femme était devenue monstrueuse pendant la grossesse, on fit appeler M. le Curé, dont le zèle et la Charité sont connus, qui s'empressa de lui procurer tous les secours nécessaires à son état. Il se retira, la croyant totalement hors de danger; mais le lendemain, premier du présent, elle accoucha d'une quatrième fille, qui mourut en naissant. Les trois autres filles sont mortes, mais la mère est très bien pour son état. 

A l'examen des registres :

Une première enfant décède très peu de temps après sa naissance. 


"Le premier May 1785 a été inhumée une fille jumelle troisième née de ce jour en ce bourg, et décédée après avoir été ondoyée par moi soussigné en la maison de sa naissance, fille de Jean Rémy Royer journalier et de Marie Boudret son épouse et ce en présence du dit père, de Catherine Roy matrone, André Aymé Royé, lesquels ont déclaré ne savoir signer..."


Deux autres sont baptisées ce jour-là. Elles décèderont le 3 Mai. 


"Le premier May 1785 ont été célébrées les cérémonies du baptème à Catherine et Louise nées de ce jour en ce bourg, qui ont été ondoyées en la maison au moment de leur naissance par moy soussigné. Filles jumelles troisième de Jean Rémy Royer et de Marie Boudret son épouse. Catherine a eu pour parrain Jean Royer aïeul et pour marrainne, Catherine Royer grand-tante. Louise a eu pour parrain Antoine Rouillon cousin et pour marrainne Louise Boudret cousine germaine, lesquels ont déclaré ne savoir signer ... En marge, inhumées le 3 de ce mois. " 

Mais pas de trace de la quatrième naissance....

Alors ? 
Exagération journalistique ? 

Ou enfant non ondoyé et par conséquent non mentionné ?
--------------
Jean Rémy Royer et Marie Boudret se sont mariés à Vouneuil sous Biard le 18/1/1780. Marie a 17 ans. Leur premier enfant est né en avril 1782, une petite fille qui se prénomme Renée Banicette.
-------------
Parmi les 28 autres naissances triple dans la Vienne 

jeudi 18 avril 2013

P comme Poiret #challengeAZ





Cousinage VIP !

C'est Herage de Décembre 2010 (Cercle Généalogique Poitevin ) qui a ajouté le cousin people Jean Poiret à l'arbre de la Godardière.

Le cousin Jean est du Poitou par sa branche maternelle (Maître Anne-Marie). Il se balade du coté de Chauvigny, mais dès la sixième génération gagne les p'tits villages alentours. On le retrouve du coté de Coussay-les-Bois par les HARDY/LYRANDE et du coté d'Archigny par les MAILLET/DUBOIS.

En passant par Leigné-les-Bois, Bonnes ou Vouneuil-sur-Vienne, il arrive vers Chenevelles à la Xème génération où MARIS François se marie à une RIBREAU Marie. Ah lalala, qui à Chenevelles ne s'est pas marié à un Ribreau ????....

C'est à la XIIème génération que je les ai reconnus au premier coup d'oeil mes amoureux, un bien joli couple que cet Antoine ARNAULT qui beurre fièrement la biscotte de sa Jacquette DESTUREAUX ! Nous voilà en 1635, à la noce !

Ces deux là, savaient se tenir chaud, et je sais de quoi je parle ;-) Avec son Antoine, elle fera une jolie ribambelle de 7 petits ARNAULT.

Chez nous, c'est  la p'tite Renée qui assurera la suite, et chez l'cousin Jean c'est la p'tite Anne !





Pour avoir tout le Poir(i)er de Jean, il faut s'abonner à Herage et/ou demander le numéro 111.
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

mercredi 17 avril 2013

O comme OdorHante #challengeAZ


Cent heures d'enfance
Nez nu phare, 
Des mains de mère dans mes cheveux, mes joues mon dos, des matins pressés d'écoliers,
 pupitre de bois, encrier ouvert, pleins et  déliés


Nez faste,  taches sur les accords oubliés du participe passé,
Nez Gosse, découpages sages  de jeudis pluvieux

Aux Nez... bouchés.
.

Art homme,  marc de café,
traçant  mille et une nuits, odeurs et gouts mêlés. L'art d'être grand-père.


Nez bulleux vertiges  de printemps... L'art d'être grand-mère.


Nez Jeu, perdue dans un grenier,  lire les yeux fermés le temps passé


Nez faste, adolescence et liberté capitale.

Nez Sens, donner la vie, et s'y blottir ensemble.


Et Sens Elle !
"ça sent maman".
Disent mes Mustela




Beau sujet, que celui-ci et si bien évoqué dans Mémoire Vive !
Que je réinvite à l'occasion de ce challenge !

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

mardi 16 avril 2013

N comme Nationalité Française. #challengeAZ




Je suis née le 31 décembre 1956.Française.
J'ai grandi française, jusqu'en 1993 environ.
Cette année-là,je suis allée renvouveler ma carte d'identité à la sous-préfecture de Châtellerault. Une procédure banale, que j'effectuais pour la troisième fois de ma vie.
J'ai rempli le formulaire et j'ai inscrit mon lieu de naissance : Paris.
J'ai rempli le formulaire et j'ai inscrit la nationalité de ma mère : Française.
J'ai rempli le formulaire et j'ai inscrit le lieu de naissance de ma mère : Paris.
J'ai rempli le formulaire et j'ai inscrit la nationalité de mon père : Français.
J'ai rempli le formulaire et j'ai inscrit le lieu de naissance de mon père : Barcelone.

Barcelone ! C'est là que tout a basculé. Il n'était plus possible de me faire mes papiers, moi qui avait été française avec un père espagnol pendant 12 ans de ma vie, je n'étais plus française avec un père français, jusqu'à ce que je sois capable de prouver le contraire. Prouver quoi hein ? Quoi ? Il me fallait fournir pour la première fois, la preuve de la naturalisation de mon père. Un papier que je n'avais pas.

La colère est montée, immédiate, noire comme le plus noir de l'histoire de la France. La révolte. L'ahurissement. Ce pays qui ne voulait plus de moi, qui une fois de plus prenait des mesures administratives discriminantes, brutales, qui me renvoyait à l'exil, à la guerre, à la peur.
Une colère noire portée par tous ceux avant moi qui avaient été français en posant le pied ici. Qui ont aimé ce pays, se sont battus pour lui, ont parlé sa langué, adopté sa culture, ses artistes, et regardé avec lui devant en laissant le passé loin dans l'oubli.

"Et vous voulez m'envoyer où ??"

Pour la première fois, je me suis sentie apatride. Pire déracinée. Ni française, ni espagnole, ni turque. Rien. Pire séparée. Je me suis vue séparée de mes enfants...Oui un truc de dingue, irrationnel, quelques secondes de folie.

J'ai appelé ma mère. Elle a rigolé, elle m'a à peine crue. Elle a pensé à une fantaisie régionale. "A la campagne, tu sais..." Oui parce que ma mère, elle est parisienne, alors Châtellerault c'est quand même le trou du c.. du monde.
Elle m'a envoyé les papiers nécessaires et j'ai fini par récupérer une carte d'identité. Un trésor.

Deux ans après, elle a tenté de refaire la sienne. Et v'lan, à Paris aussi ! Nationalité de ses parents : Français. Lieu de naissance de ses parents : Constantinople, un nom de ville disparu.
La colère est monté, immédiate, pour elle, encore plus. la révolte pour elle encore plus. Son pays, qui par ses mesures administratives discriminantes brutales, la renvoyait à l'exil, à la guerre, à la peur.
Une colère noire portée par tous ceux, qui avec elle, avaient été français en posant le pied ici. Ses parents qui ont aimé ce pays, son frère qui s'est battu pour lui...
"Et vous voulez la renvoyer où ma mère ?"
Heureusement, elle connaissait la chanson. Elle n'a pas eu peur. ça allait s'arranger. Même si pour elle, ce fut bien plus difficile de fournir les papiers !

En 2009, j'ai acheté le livre d'Assayas, Faute d'Identité. La même histoire, en 2009, pour un passeport. Mais pire que la colère, lui décrit la honte. Il a eu honte. Je me suis dit que j'avais eu de la chance, ni moi, ni ma mère n'avions eu honte de nous. Assayas retrouve ses racines, elles le mènent à Constantinople, nos ancêtres vivaient sans doute dans le même quartier. Pour la première fois de sa vie, il se découvre juif.
En 2009, Assayas n'arrive pas à avoir son passeport.
En 2013, je n'ai toujours pas demandé le mien. Je voyage si peu.
En 2013, petite fille de réfugié politique, il parait que l'Espagne repentante, m'offre sa nationalité en quelques jours.
Vous savez quoi ? On sait jamais, ça peut servir.

lundi 15 avril 2013

M comme Malformation #challengeAZ


Ecrire M comme Malformation c'est ne pas réusssir à écrire M comme Monstre.
Pourtant c'est ainsi que ces enfants sont qualifiés. La monstruosité au 17ème et au 18ème est une curiosité. A la fois sujet de science, de religion, de superstitiion, elle suscite le trouble, l'effroi, l'étonnement, mais pas seulement. Elle suscite aussi le voyeurisme. On se presse pour voir le monstre, on le montre, on en fait une source de revenus...
--------------

Poursuivre le challengeAZ c'est remettre à l'honneur l'exceptionnel.
L'enfant de Leugny est exceptionnel. Il a fait l'objet de deux publications que je réunis aujourd'hui pour vous. L'enfant de Leugny, tout en éclairant les pratiques du temps jadis, nous donne à réfléchir sur celles d'aujourd'hui.
--------

Les malformations majeures visibles à la naissance concernent environ une grossesse sur trois mille.
Les mentions de ces anomalies graves sur les registres paroissiaux sont rares.
Ce document  du XVIIème siècle est à ce titre exceptionnel. Godin, le curé de Leugny, qui s'avère au fil des pages un fin sémiologiste,  reprend ici avec beaucoup de détails la description de l'enfant BERTHEAU né le 21 Juin 1655. 
 A tel point qu'il est possible à sa lecture d'établir aujourd'hui un diagnostic de cette anomalie.
Godin cherche l'origine de cette malformation, interroge l'embryologie de son époque pour guider sa conduite religieuse.... Nous  reviendrons  sur chacun des aspects de cette naissance, mais dans un premier temps, je vous laisse lire voire déchiffrer et méditer.

La compréhension de cet acte est un travail d'équipe, merci aux colistiers de GE86 qui m'ont aidée à le déchiffrer et au carabin  qui a identifié et précisé le mécanisme de cette malformation. 

Première Partie : Lecture de l'acte.
----------

1- Le 21 Juin 1655 je fus appelé en
2- la maison de Pierre Bertheau mon
3- paroissien ou j'ai trouvé sa femme
4- assistée de Jeanne Girond femme de
5- Charles Farou, et Magdeleine Babin
6- femme du Mathieu Bertheau frere dudit
7- Pierre, tout fraischement délivrée d'un
8- enfant masle bien formé en touttes ses
9- parties, hormis en la teste en laquelle
10- il avait les deux yeux tout au plus
11- haut de la teste de grosseur extraordinaire
---

12- et sortant depuis lesquels voient le
13- derriere le reste de la teste alloit en
14- baillant avec deux duvetes en façon
15- de cornet mediocrement (eslances) au
16- dessus et tout contre les oreilles formées
17- néanmoins à la façon de lhomme un
18- peu tirantes en pointe, ni ayant dans
19- l'entredeux de ces duvetes qu'une peau
20- sans poil et sans duvet un peu plus
21- enfoncés que ces duvetes derriere lesquels
22- sur le col y avait une chair rouge
---
23- sans peau (cette) chair deschire et sanglante
24- et inégale, le nez et la bouche étoient
25- de forme humaine, le nez un peu rond
26- et abatu, la langue un peu plus en pointe
27- que le commun, je le trouvois vivant
28- et qui jettoit une voix ni d'enfant ni
29- d'autre animal proportionné à sa grandeur
30- néanmoins et approchant ce me semble de
31- celle d'un chevreau, aussi que j'ai appris
---

33- cela estre arrivé de laprehension d'une
34- chair qu'elle vit ostée au loup et fort
35- dechiree environ cinq mois devant ce
36- jour / je m'enquis de la matrone sudite
37- femme de Farou, si elle l'avoit baptisé
38- selon l'experience qu'elle a dans le péril
39- de mort des enfans, elle m'assura que
40- ouy, ce que j'approuvais, et moy mesme
41- l'eusse baptisé s'il ne l'eut esté jugeant
42- qu'il avoit l'asme raisonnable, et permis
43- qu'il fut mis, estant mort incontinent
44- en ma pr(esen)ce, dans le cymetière, ma rai

suite page de droite en haut à droite
....................................................
45- ma raison pourquoi je l'estimais avoir esté
46- baptisé est pour autant que ce defaut paroissoit
47-estre advenu depuis l'infusion de l'âme, qui
48- n'informe point les corps par succession, et selon
49-les divers degrés qu'elle a de vegetative, sensitive
50-et raisonnable les uns après les autres, mais tout
51- d'un coup est raisonnable, qui a ces trois offices
52- distincts selon les diverses parties ou elle reside,
53- et tout le temps de l'infusion de l'âme qui
54- est 40 jours aux masles, et de 80 aux femelles
55- selon l'opinion commune, si elle a été
---

56- raisonnable car certainement je le crois ! Cet
57- accident survenu plus de deux mois après n'a
58-pas pas changé la substance de l'âme
59-et la rendre brute, oux bien par la force de
60-l'imagination changé les organes extérieurs et
61-ces parties en cette forme éloignée de l'humain.
62- Le coeur et le reste des parties d'en bas
63-demeurent toujours humain aussi bien que les
64- autres organes extérieurs d'alentour, et le cerveau
65-que l'on tient aussi siège de la vie, mais parti-
---

66- culierement le siége de la raison résonant
67- aussi la substance première, et y conservant
68- la vie de l'âme telle quelle y avoit été
69-infusé, nonobstant le notable changement de
70- la forme extérieure.

----------
Source : Leugny BMS 1649-1669 page 51 à gauche et droite.
----------
Relevé par Gloria Godard, Thierry Péronnet,  Alain Texier, Sarah Marlatt, Françoise Hovaere (GE86)
----------

Deuxième Partie : L’enfant de Leugny, description, diagnostic, étiologie, conduite à tenir.




1 - Identification de la malformation.
Le curé de Leugny est un fin sémiologiste. Nous ne sommes pas encore au siècle des lumières, mais il observe.
Résumons :
Il s’agit d’un garçon (ligne 8)
 il est né vivant (ligne 27)
respire et crie (ligne28), le curé compare sa voix à celle d’un étourneau ( ?)( ligne 31)
-le corps est strictement normal (ligne 8)
- Les anomalies se situent au niveau de la tête et de la face :
Les  yeux paraissent anormalement hauts (ligne 11) et exorbités,  c’est le premier élément qui retient l’attention du curé, associé à une anomalie majeure du crâne. Il manque le front (ligne 12 et 13), le crâne est déformé (ligne 14), le cuir chevelu est présent de manière symétrique derrière chaque oreille (ligne 15), mais le reste de la tête présente une peau sans poil (ligne 20). 
Au niveau du cou est noté un bourgeon charnu (forme 23).
Le reste de la face semble normal, même si le curé s’interroge sur des anomalies mineures : les oreilles semblent légèrement en pointe (ligne 18), la bouche est formée, et la langue semble elle aussi, un peu pointue (ligne 27).

L'enfant de Leugny est anencéphale. 

2 – Etiologie de la malformation : La peur du loup !

Ancestrale, la peur, à l’origine des malformations, restera longtemps et reste encore aujourd’hui à tort  dans les esprits. A cinq mois de grossesse, la femme de Pierre Bertheau a croisé un loup dévorant sa proie. Une grande frayeur l’a prise à laquelle le curé attribue la malformation. Godin se trompe. L’anencéphalie est une anomalie embryonnaire due à un défaut de fermeture du tube neural. Celle-ci survient au plus tard au 26ème jour de gestation.
 Le loup croisé longtemps après est innocent !

3- Conduite à tenir.

L’enfant Bertheau meurt sous les yeux du curé (ligne 43). La matrone l’a baptisé et le curé approuve sa décision. 
Dans les lignes qui suivent, Godin argumente les éléments qui lui permettent de donner « âme » à cet enfant. 
L’anomalie est survenue après la peur du loup. La date est fondamentale.  Végétative, sensitive et raisonnable, Godin nous apprend ainsi, qu’il faut 40 jours pour donner  une âme à la vie d’un  futur garçon et le double de temps pour une fille….  (ligne 54).
Pas encore féministe, Godin. 
Serviteur de Dieu mais néanmoins  épris de science, on le connait par ailleurs passionné d'étoiles, érudit. L'acte qui décrit cette naissance, long, précis, argumenté, cherche mot après mot à éloigner l'animalité pour trouver l'humain,
 « je le crois » (ligne56) insiste-t-il. 
Le loup est venu après les 40 jours, il a modifié les organes extérieurs mais cet enfant est bien humain. On comprend alors aussi les précautions que le curé à prises à décrire les anomalies mineures de la face (oreilles , langue). Se pourrait-il qu’il lutte  contre l’idée du diable qui pourrait s’insinuer dans les esprits, dans les propos tenus autour de lui ? 

Rappelant en conclusion tous les éléments qui lui paraissent essentiels, Godin l’humaniste, garde l’enfant de Leugny parmi ses paroissiens.


 ----------------
Protagonistes de cette naissance :
Pierre Bertheau le père, le nom de la mère n’est pas noté dans l’acte, le décès d’une Renée Bertheau en 1703 laisse penser qu’il s’agit de Maujuré Marie.
Mathieu Bertheau frère de Pierre  et Magdeleine Babin sa femme
Jeanne Girond matrone, femme de Charles Farou.