vendredi 14 février 2014

Février 1747 - Rétro Alerte Crue du Clain !


Le 19 Février 1747 
A Poitiers l'eau a passé par dessus les gardes du pont de Rochereuil ! 
et 
sa majesté* a fait rebatir le pont de Visvone ! 
nous dit le curé de Marigny-Chémereau ! 


en mil sept cent quarante sept le dix neuf février en carème jour de dimanche il commença à 
pluvoir sur environ les deux heures après midy une pluie médiocre qui continua jusque à la nuit du
lundy venant au mardy ou pendant cette nuit là il plut très abondemment avec un grand vent
ce qui fut cause que les rivières vinrent si monstrueuses que personne ne les avaient jamais vues
si haut montées. Sur la Vosne les eaux y firent un très grand désordre, car il n'y eut point de
point, ny de moulin où elles ne démolissent et renversassent quelque chose, au moulin qui est icy au
bout du pont l'eau avait bien renversé la moitié des murs des logements et du moulin et avait aussi
grandement endommagé le pont. Le Clain grace à dieu a Visvone n'avait pas augmenté à proportion
de la rivière de Vosne, et mesme on l'avait vu beaucoup plus monstrueux d'autres foy, quoyque
il ne laisse pas de devenir grand. A Visvone la basse rue qui est proche de la rivière de Vosne
était inondée, l'eau qui montait de devant les carmes et celle qui rejaillissait du coté du
pont de la levée, se joignaient presque au milieu de la rue, et de ce déluge
le pont de Vivosne en fut fort endommagé ce qui a engagé sa majesté à en faire batir un autre
lequel est beaucoup plus élevé et batis avec des bonnes grosses pierres de taille et ce sur le roc, que l'on
a cherché pour y mettre les fondements, au lieu que l'autre pont n'était pas bati de grosse pierre
comme celuy d'aujourd'hui, ny sur le fort, mais seulement sur des bois debout ou les fondements étaient
appuyés. A la fontaine qui est ici proche du chateau, l'eau a monté pardessus la quatrième pierre
du coin du pavillon de la fontaine, lesquelles pierres sont au dessus de la dite fontaine, et la dite
quatrième pierre est au dessous une qui a le bout de la cave cassé ou egrinié et emporté. Autre
remarque, proche la dite fontaine, l'eau a entré dans un trou de chaffau, où il y a une pierre
dedans, lequel trou est dans le mur, qui est entre les deux fontaines, ce trou est élevé
de la la terre qui est au pied du mur de cinq pieds et quelques pouces d'hauteur, et en prenant ?
de cette élévation de terre, ce trou se trouve élevé de sept pieds de hauteur.A Poitiers, l'eau a passé par
dessus les gardes du pont de Rochereuil. 

*Louis XV pour les nuls ;-)


4 commentaires:

  1. Merci Gloria de rappeler que ces évènements d'actualité pour certaines régions se sont déjà produit par le passé ...
    Mes amitiés. Marie-Christine

    RépondreSupprimer
  2. Marie-Christine15 février 2014 19:52

    Oups ! petite faute ( se sont produits) ...

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Gloria,

    durant près de 20 ans, pour nous rendre en Périgord, nous avions pris l'habitude de faire halte à Vivone, près de la source Marbot sur les bords du Clain. C'est un endroit charmant où la rivière s'écoule voluptueusement, étendant ses bras nonchalants. Même sur le chemin du retour l'effet magique jouait car la pérennité des lieux était promesse de retrouvaille et d'un plaisir sans fin renouvelé. Puis des amis nous conseillèrent l'A20 pour la sécurité du trajet. Cela devint LA route du Périgord. Il m'arriva toutefois quand je conduisais, de rater, en toute bonne foi l'embranchement vers Limoges et de nous contraindre à nous arrêter à Vivone et je retrouvais le Clain le cœur gonflé de joie. Avec la perte de ces rendez-vous qui gommaient le fil des saisons, c'est une brusque conscience du temps qui passe qui m'assaillit , un peu comme si j'avais vieilli brutalement.
    Merci Gloria, d'en faire revivre , pour moi, le souvenir car même au XVIII ème c'était une rivière charmante qui n'avait pas la violence de la Vosne : les bords du Clain, près de la source Marbot, un endroit intemporel .
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  4. Merci Marie-Christine et Jocelyne pour ces visites ! Les archives insolites sont une autre manière de faire vivre les lieux du passé. De nombreux villages ignorent que leur histoire est déjà écrite, qu'il suffirait de recopier tranquillement les notes des curés...
    Certaines archives me donnent des envies de balade. Ainsi en allant voir ma fille à Toulouse, j'avais insisté, au grand étonnement des co-voyageurs pour que l'on passe voir à Journet, le Prieuré de Villesalem. Je me souvenais d'y avoir croisé ma première petite fille "exposée"...
    Bon dimanche à vous !

    RépondreSupprimer